Aller directement au contenu.

Innovations et projets de participation en ligne 2020

Innovations

Le comité de planification a décidé de soutenir les innovations suivantes en 2020:

Traitement automatisé des courriels par une intelligence artificielle (canton d’Argovie)

L’assurance sociale du canton d’Argovie reçoit chaque année plusieurs centaines de milliers de courriels dont la plupart concernent la réduction des primes. Il faut dès lors s’attendre à de longs délais, même pour recevoir une réponse à une question simple. Grâce à l’introduction de l’agent conversationnel surnommé «Maxi», le nombre de messages à traiter a pu être réduit d’environ 30 %.

Ce programme peut répondre à des questions d’ordre général qui ne contiennent pas de données sensibles. Il est prévu que tous les autres courriels soient dorénavant automatiquement triés et traités de manière intelligente et évolutive. Pour ce faire, l’agent conversationnel devra correctement identifier les demandes comprenant des données personnelles et, suivant leur contenu, directement lancer un processus sur l’application spécialisée.

Une fois le projet terminé, l’assurance sociale du canton d’Argovie examinera si ce programme peut être élargi à d’autres assurances sociales. Le cas échéant, il sera également mis à la disposition d’autres prestataires de solutions. 

Étude sur l’accès des citoyens et des entreprises aux services en ligne (canton de Saint-Gall)

La population et les entreprises ne peuvent actuellement pas accéder aux services en ligne de différents domaines spécialisés à l’aide d’un seul et unique identifiant. Cette possibilité devrait leur être offerte à l’avenir grâce à la gestion des identités et des accès (identity and access management, IAM), un service reposant tant sur le plan organisationnel que technique sur un ensemble de rôles, de règles et de procédures.

Une étude sera prochainement réalisée sur l’accès aux prestations avec IAM du point de vue de la population et des entreprises (approche centrée sur l’utilisateur). Elle mettra l’accent sur deux éléments: l’identité des citoyens et, plus particulièrement, leur accès à des services tels que les impôts ou la circulation. Cette étude servira de fil directeur pour une future réalisation et contiendra des informations sur des rôles, des processus et des contenus organisationnels et techniques. Ces dernières joueront un rôle majeur dans le cadre des futurs services destinés aux citoyens et aux entreprises. L’étude sera réalisée dans la mesure du possible indépendamment du contexte cantonal afin que ses résultats puissent être étendus à l’ensemble de la Suisse.

Une Blockchain privée écologique au service de la confiance numérique en Suisse, basée sur l’expérience du modèle Estonien (Canton du Jura)

Les citoyens du canton du Jura disposent d’un environnement client où ils peuvent échanger des documents qui les concernent avec l’administration. Ce système repose avant tout sur la confiance que la population accorde à la sécurité et à l’intégrité du système informatique de l’État.

Le but premier du projet «Vision confiance numérique» est de proposer des solutions innovantes permettant aux citoyens de conserver la souveraineté complète sur leurs données et leurs interactions électroniques avec l‘administration publique. De même, l’État doit pouvoir à tout moment prouver l’intégrité des données dont il a la responsabilité ou la garde. Il doit également permettre à la population de vérifier lesdites preuves par le biais de plusieurs services indépendants. 

Le deuxième objectif du projet est de sécuriser l’intégrité et la provenance des certificats qui seront émis par l’État, même si ces derniers sont imprimés par les citoyens.

Les données ne doivent être ni partagées, ni exposées au public. Ce n’est qu’ainsi que la sphère privée des citoyens peut être protégée. En outre, la technologie du blockchain KSI (keyless signature infrastructure) est écologique, car elle ne se base pas sur des algorithmes de consensus par la preuve de travail (proof of work). Contrairement au Bitcoin, elle ne génère donc pas de consommation d’électricité accrue. 

Projets de participation en ligne

Le comité de planification a décidé de soutenir les projets de participation en ligne suivants en 2020:

Plateforme de participation citoyenne genevoise (canton de Genève)

Pour encourager la population à participer aux processus de prise de décision politiques, le canton de Genève a mis en ligne des questionnaires électroniques et organisé des ateliers qui ont rencontré un écho positif. Ces premiers résultats encourageants l’ont motivé à mettre en place une plateforme numérique basée sur un logiciel open source éprouvé. Le but du projet est de favoriser les démarches participatives tout en veillant au respect de la protection des données personnelles. Cette plateforme sera mise à la disposition de toutes les autorités du canton de Genève (canton, communes, institutions paraétatiques). Le projet a déjà commencé et se terminera au premier trimestre 2020.

Révision globale des plans directeurs de Goldach (commune de Goldach)

Dans le canton de Saint-Gall, la participation de la population aux projets et aux modifications de plans directeurs et de plans d’affectation est inscrite dans la nouvelle loi cantonale sur l’aménagement du territoire et les constructions. En vertu de cette dernière, les autorités doivent veiller à une participation adéquate de la population cantonale. De nombreuses communes procéderont à une révision de leurs plans d’aménagement au cours des prochaines années. Pour répondre aux exigences de la législation, celle de Goldach prévoit de mettre en place une plateforme de participation électronique pour permettre à la population de se prononcer sur les plans d’aménagement communaux.

site web e-participation commune de Goldach (en allemand)

Espace communautaire en ligne (Ville de Winterthour)

La ville de Winterthour a fait un pas de plus dans la mise en œuvre de l’initiative «Ville intelligente» en mettant en service une plateforme numérique visant à encourager la participation et les interactions au sein des quartiers et à favoriser la communication entre ces derniers et la ville. Grâce aux multiples fonctionnalités de cet outil, les habitants d’un même quartier peuvent partager leurs points de vue sur différents thèmes et besoins ou encore proposer leur aide ou en obtenir. Son interface conviviale leur permet d’échanger facilement des idées sur l’aménagement de leur quartier, par exemple sur les places de stationnement, les activités de loisirs ou les manifestations et de demander un soutien à la ville pour les concrétiser. Dans le cadre de ce projet, un programme de mise en œuvre sera élaboré pour concevoir la structure et les processus d’une plateforme de quartier numérique et modulable. Le soutien financier accordé permettra l’évaluation et l’optimisation de la plateforme.

Budget participatif pour le quartier de Wipkingen (Ville de Zurich)

Dans le cadre d’un projet pilote, les habitants du quartier zurichois de Wipkingen pourront en 2020 proposer des idées pour aménager leur communauté. Un budget participatif sera ensuite réparti entre les plus populaires d’entre elles. Le processus se déroulera en majeure partie sur une plateforme en ligne, mais sera aussi accompagné d’événements où les citoyens pourront se rencontrer en personne pour échanger. La contribution financière de la cyberadministration suisse permettra d’adapter cette plateforme tant sous l’angle de son concept que de son contenu aux besoins d’une commune suisse, de faire participer des acteurs supplémentaires au projet et de soutenir d’autres mesures de communication.

Geo-cyberadministration dans un contexte d’intercommunalité (Ville d'Yverdon-les-Bains)

La Ville d’Yverdon-les-Bains assure le fonctionnement et le développement du Géoportail régional du Nord Vaudois (mapnv.ch). Elle entend lancer un projet open source de géocyberadministration (gestion des données géographiques) pour permettre à tous les acteurs régionaux (citoyens, bureaux d’études, entreprises, etc.) de déposer sur un seul et même portail intercommunal toutes leurs demandes d’utilisation de l’espace public. Ces dernières pourront être traitées par toutes les collectivités publiques membres de la plateforme. Cette solution offrira aux autorités une vue d’ensemble spatiale et temporelle de toutes les utilisations prévues de l’espace public, qu’il s’agisse de permis de construire relevant de la compétence des communes, de permis de fouilles ou d’événements sportifs et culturels.