Aller directement au contenu.

Projets de participation en ligne 2021

Le comité de planification a décidé de soutenir les projets de participation en ligne suivants en 2021:

«Lausanne participe» – plateforme numérique de participation citoyenne (Ville de Lausanne)

La ville de Lausanne souhaite développer une plateforme numérique qui favorise la participation citoyenne, renforce la démocratie locale et rend la ville plus inclusive. Ce projet s’insère dans les réflexions liées à la stratégie numérique et la stratégie participation de la municipalité, ainsi que dans sa volonté forte de garantir la participation citoyenne malgré les mesures sanitaires actuelles qui limitent les rencontres en présentiel. La ville de Lausanne souhaite se servir des «technologies civiques» (civic tech) afin de promouvoir et dynamiser la participation en touchant un large public, notamment les jeunes.

Pour ce faire, elle a développé la plateforme «Lausanne participe» grâce au logiciel open source reconnu Decidim. Cet outil permet de regrouper toutes les démarches participatives de façon transversale, de mutualiser les forces et de gagner en lisibilité auprès de la population. Le projet prévoit d’évaluer la phase pilote du lancement de la plateforme, d’adapter la plateforme aux besoins spécifiques lausannois avec quelques développements complémentaires nécessaires, de gagner en connaissances et en compétences à l’interne en matière d’eParticipation (formations et supports) ainsi que de promouvoir la plateforme dénommée «Lausanne participe» largement auprès de la société civile et dans les différents quartiers au cours de la première année.

Permettre une coopération solidaire sur une plateforme numérique standardisée (canton de Zoug)

Les administrations sont confrontées au défi d’intégrer leurs groupes d’interlocuteurs internes et externes dans des projets et des processus en vue de les développer et de les valider. À cet effet, elles procèdent souvent à des consultations internes ou informelles. Ce processus de consultation peut être fortement simplifié grâce à la plateforme numérique de consultation «E-Mitwirkung», qui est utilisée dans le canton de Zoug, mais aussi dans de nombreux autres cantons, villes et communes.

On a constaté que la consultation par voie numérique apportait une grande valeur ajoutée pour l’administration comme pour les organisations externes invitées (par ex. partis, associations) ou pour la population par le biais de la saisie collaborative des réponses. Le but est de développer une fonction de saisie hiérarchiquement collaborative, afin que les prises de position aux divers niveaux au sein de l’organisation soient saisies en ligne et puissent être consolidées et validées en tant que réponse à la consultation par le niveau immédiatement supérieur. Cette étape de processus permet de traiter les consultations à l’intérieur et à l’extérieur des administrations de manière plus efficiente, plus continue et sans rupture de médias pour tous les participants par le biais d’une plateforme centrale. Cela peut accélérer les processus décisionnels et simplifier considérablement la collaboration à l’intérieur de l’administration (Confédération, cantons, villes et communes). Les organisations en dehors de l’administration reçoivent un outil leur permettant de participer ou de saisir leurs propres prises de position et peuvent ainsi profiter pour elles-mêmes des avantages d’une administration numérique.

Le projet vise à élaborer et à valider un concept de mise en œuvre avec divers cantons. Après la mise en œuvre du module, un document de bonne pratique sera rédigé et publié pour indiquer les modalités permettant de réaliser les consultations de façon coopérative.

Assemblées primaires en ligne dans le Haut-Valais (communes de Bitsch, Täsch et Salgesch)

Au premier trimestre de 2021, trois assemblées primaires seront également réalisées en ligne dans le Haut-Valais. Dans ce contexte, les personnes intéressées pourront consulter des informations et suivre des débats depuis chez elles ou pendant qu’elles se déplacent. Le projet vise à renforcer le débat politique au sein de la commune en s’adressant à des personnes appartenant à toutes les tranches d’âge. Les groupes cibles de ce projet sont notamment les personnes d’un certain âge qui n’assistent pas à l’assemblée primaire parce qu’elles font partie du groupe à risque, les jeunes qui ont tendance à moins s’intéresser à la politique communale, ainsi que les membres de la population qui ont peur du public, mais sont en quête d’informations.

Grâce au soutien financier de la Cyberadministration suisse, l’essai pilote pourra être réalisé dans trois communes avec différents prestataires. Chaque prestataire organisera la mise en œuvre à sa façon. Ces différences d’aménagement ont pour but d’aider les communes à identifier les possibilités et à repérer les éventuelles difficultés. Ainsi, les communes doivent pouvoir organiser les manifestations futures de manière autonome et sans soutien professionnel. Ces trois communes visent à rendre la vie plus attrayante en permettant à toutes les habitantes et à tous les habitants de participer activement à la vie politique du village à tout moment.

Speakers’ Corner (Ville de Lugano)

Speakers’ Corner veut être un lieu (virtuel) où les étudiants peuvent se rencontrer et échanger des idées avec la ville qui les accueille. Un espace virtuel, envisagé comme une plateforme participative, où les étudiants peuvent se confronter et discuter entre eux et, en même temps, interagir avec les institutions. Speakers’ corner est né comme un projet pilote en 2020: 25 étudiants ont participé à cet atelier, où des professionnels de la communication web, des journalistes et des entrepreneurs ont exprimé leurs recommandations.

Le but de ce projet est d'offrir aux étudiants un débouché dans la société vers la vie quotidienne, la population, les entreprises, etc. Une vitrine virtuelle pour présenter leurs recherches qui risquent trop souvent de rester confinées dans le contexte académique. La ville (l’administration municipale de Lugano) peut, à son tour, bénéficier de ce réseau pour interagir avec les étudiants et comprendre leurs besoins. Fort de ces résultats encourageants, le projet sera transformé en 2021 en une activité annuelle récurrente et, parallèlement, en un portail web comprenant une plateforme participative. La solution développée (portail web) est essentiellement divisée en deux macrodomaines: la partie relative à la présentation vidéo des recherches effectuées par les étudiants et la plateforme participative.

Réseau Decidim Suisse (Ville de Zurich)

Notamment grâce au soutien de la Cyberadministration suisse, la ville de Zurich a pu l’an dernier tester avec succès le logiciel Open Source «Decidim» venant de Barcelone dans le projet «Idée de quartier». Outre la ville de Zurich, qui souhaite désormais utiliser aussi «Decidim» dans divers autres processus, le canton de Genève utilise lui aussi ce logiciel flexible. D’autres villes suisses sont également sur le point de le mettre en œuvre. Pour l’instant, chaque organisme responsable adapte ce logiciel à ses besoins par ses propres moyens.

Le but de ce projet est d’établir un réseau qui coordonne les adaptations individuelles en vue de tirer le meilleur parti possible des effets de synergie du logiciel open source. Des modules dans le domaine de la sécurité, de la convivialité ou de la fonctionnalité (par ex. consultations) pourront ainsi être développés conjointement. Cette coordination profitera en particulier aux petits acteurs (villes, communes, ONG), car le logiciel sera republié et mis à disposition gratuitement.

Grâce au soutien de la Cyberadministration suisse, la coordination des collectivités sera assurée à l’avenir par un réseau Decidim suisse qui pourra éventuellement être organisé sous forme d’association. Le financement par la Cyberadministration suisse permettra concrètement la mise en œuvre et l’exploitation pilote d’une plateforme Decidim commune sur le modèle de Meta-Decidim à Barcelone. Des instructions, des Q&A (questions et réponses) et des coordonnées de contact pourront y être publiées en libre accès pour d’autres collectivités.

Plateforme en ligne destinée à des processus participatifs sur meinthurgau.ch (Ville d’Arbon)

Dans le programme de la législature 2019-2023, le conseil municipal d’Arbon cherche à encourager la participation numérique de la population. Pour cela, le secteur Société de la ville d’Arbon a lancé le projet «Plateforme en ligne destinée à des processus participatifs». L’évaluation de nombreuses plateformes a permis de constater que l’élaboration d’outils spécifiques pour la cyberparticipation sur la plateforme multiservice www.meinthurgau.ch paraissait la plus prometteuse pour encourager au niveau communal la participation de la population à des projets municipaux. Dans un essai pilote, les outils standards de la plateforme ont été utilisés, des expériences ont été collectées et le type d’outils de cyberparticipation devant encore être développés a été évalué. Conformément à l’idée d’une approche partagée, les outils développés sont également utilisables par d’autres communes et par le canton sur la plateforme meinthurgau.ch. Le projet poursuit les objectifs suivants:

  • Renforcer la transparence dans les projets de développement de la commune politique.
  • Encourager la participation de tous les groupes de la population, en fonction de l’âge, de la nationalité ou du statut, pour des développements municipaux et sociaux spécifiques.
  • Aménager des services et des projets durables et axés sur les besoins.
  • Mettre en place une plateforme de cyberparticipation conviviale en coordination avec d’autres projets informatiques municipaux (nouveau site web, concept Smart-City, etc.).
  • Développer une solution informatique innovante et pouvant être adoptée par d’autres villes et communes.

L’application Regio Frauenfeld – pour des communes plus efficientes et une plus grande participation des citoyens dans la région de Frauenfeld (Regio Frauenfeld)

Les communes de la région de Frauenfeld ont de plus en plus de difficultés à recenser les besoins de leurs citoyennes et de leurs citoyens en raison de la forte hausse du nombre d’habitants, du nombre élevé de pendulaires et des ressources administratives limitées. C’est ce que révèle un sondage représentatif réalisé à l’automne 2020 par les 15 communes de la région de Frauenfeld.

Des formes de participation numériques telles que l’application Regio Frauenfeld, qui contient des informations communales, des fonctions de sondage et de discussion, peuvent corriger le tir en apportant une aide autant à la population qu’aux administrations. Cette application permet à la population de prendre part à la vie des communes sans contraintes de temps ni de lieu. Dans le même temps, les communes peuvent recenser plus efficacement les besoins de la population et les analyser de manière automatisée. Au fur et à mesure de son utilisation, l’application Regio sera adaptée au mieux aux besoins des utilisateurs grâce à la participation des citoyens.

Le projet «appli Regio» se déroule dans deux à trois communes modèles typiques de la Regio Frauenfeld. Lorsque les fonctions fondamentales de l’application auront été développées, la population les testera et les évaluera. L’application sera perfectionnée avec l’aide de la population et des formations seront organisées pour les administrations communales. Une application régionale permet également aux petites communes de recourir à des formes plus efficaces de participation des citoyens; son entretien serait (trop) coûteux pour des communes faisant cavalier seul. La possibilité de recourir à des données d’une région tout entière rend l’application nettement plus attrayante pour les divers utilisateurs.