Aller directement au contenu.

L'utilité de la cyberadministration

Les membres du comité de pilotage décrivent brièvement leurs motivations à s'engager pour la cyberadministration suisse.

Conseiller fédéral Ueli Maurer, président du comité de pilotage

« La tendance à la mobilité et à la numérisation touche également l'administration. En effet, les informations doivent être accessibles partout et à tout moment. Les citoyens doivent pouvoir participer activement au processus de démocratie directe également depuis l'étranger, par exemple grâce au vote électronique. Avec la stratégie suisse de cyberadministration, la Confédération, les cantons et les communes promeuvent une administration axée sur les services. Parallèlement, la cyberadministration permet de faire face au nombre croissant de tâches administratives. Il est important que les collaborateurs puissent avoir recours à la numérisation pour rationaliser et simplifier les processus. »

Chancelier de la Confédération Walter Thurnherr

« Nous disposons actuellement de deux systèmes de vote électronique qui fonctionnent bien. Les cantons doivent maintenant choisir lequel ils souhaitent utiliser. Il n'est donc plus question de savoir «si» le vote électronique sera introduit, mais «quand». Le Parlement nourrit de grandes attentes à ce sujet, et il est désormais nécessaire de joindre l'acte à la parole. En effet, tous les électeurs doivent avoir la possibilité de voter sur Internet. C'est pour atteindre cet objectif que je m'engage au sein du comité de pilotage de la cyberadministration suisse. »

Secrétaire d'Etat Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch

«Dans le cadre de la stratégie suisse de cyberadministration, la Confédération, les cantons et les communes développent les prestations électroniques destinées à l'économie, afin que les entreprises puissent régler leurs démarches administratives de la manière la moins bureaucratique possible. Pour ce faire, un des projets clés est l'instauration d'un guichet unique pour les entreprises. L'administration publique apporte ainsi une contribution essentielle à la compétitivité de la place économique suisse.»

Conseiller d'Etat Pierre Maudet

« Dans l'optique de renforcer les interactions entre les citoyennes, les citoyens et le gouvernement, la cyberadministration vise à fournir des services de qualité, notamment en facilitant l'accès à l'information et en répondant de manière efficace aux besoins de la population. Avec l'avènement du numérique qui prône notamment une culture participative, chaque citoyenne et citoyen est appelé à devenir un acteur dans la proposition et la création de services publics répondant à leurs besoins et leurs attentes. Les services en ligne permettent à chacun de participer de manière collaborative aux décisions concernant la vie de leur région. Dans ce contexte, la cyber-inclusion doit rester une priorité. Le vote électronique offre, par exemple, pour la première fois aux personnes handicapées, l'opportunité d'exercer leur rôle de citoyenne et citoyen de manière autonome et fiable. La stratégie de cyberadministration suisse s'inscrit dans une démarche d'ouverture, d'innovation et de modernisation de l'administration pour positionner la Suisse en tant qu'acteur reconnu en la matière. »

Conseiller d'Etat Marcel Schwerzmann

«La Confédération, les cantons et les communes fixent leurs propres priorités, en fonction de leurs besoins et de leur stratégie pour ce qui est de la mise en œuvre des prestations électroniques des autorités. De nombreux processus nécessitent cependant un échange de données entre les autorités. Pour garantir cet échange, les autorités doivent collaborer et se coordonner entre elles. L'annonce par voie électronique des déménagements en est un exemple. Cette prestation ne révèle tout son potentiel que si elle est disponible dans l'ensemble du pays et si les habitants peuvent annoncer par voie électronique les déménagements d'un canton à l'autre également. Je suis convaincu que, dans le cadre de la stratégie suisse en matière de cyberadministration, il est fondamental de collaborer pour mettre en place une offre coordonnée et durable de prestations électroniques des autorités. C'est pourquoi je m'engage au sein du comité de pilotage pour la mise en œuvre de la stratégie suisse de cyberadministration.»

Chancelier d'Etat Rainer Gonzenbach

« Des processus de travail assistés électroniquement accroissent l’efficacité de l’administration. La transmission électronique permet d’assurer un déroulement intégral et ininterrompu des processus ainsi que d’éliminer les charges de travail et les sources d’erreurs lors de nouvelles saisies. Comme les tâches assumées aujourd’hui par les administrations ne cessent de croître, l’automatisation des processus de travail constitue un progrès important pour la Confédération, les cantons et les communes. En tant que membre du comité de pilotage de la cyberadministration suisse, j’estime que le développement et l’optimisation de l’activité administrative au moyen des technologies de l’information et de la communication sont indispensables. L’informatisation complète des processus représente, pour les administrations publiques, l’un des grands défis de l’avenir, mais constitue aussi une grande chance à saisir. »

Michael Künzle, maire

« Afin de répondre au mandat politique et aux attentes des citoyennes et citoyens, les administrations publiques planifient les transport, aménagent les quartiers, proposent des offres culturelles et garantissent les prestations publiques comme l’élimination des déchets. Elles fournissent ainsi une base pour la vie urbaine. Pour exécuter ce mandat, les possibilités offertes par les nouvelles technologies et l’internet doivent être utilisées. Ceux-ci permettent aux autorités de développer leurs prestations et de les optimiser selon les besoins de la population et de l’économie. En ce qui concerne la cyberadministration, les villes partent fréquemment d’une situation différente des cantons ou de la Confédération. Afin que les exigences municipales soient prises en compte dans le cadre de la réalisation de la stratégie suisse de cyberadministration, je m’engage au sein du comité de pilotage pour la collaboration nationale en matière de cyberadministration. »

Beat Tinner, syndic

« La plupart des transactions avec les autorités ont lieu entre les habitants et leur commune. La cyberadministration commence donc au niveau communal. Ainsi, les autorités politiques et administratives ont tout intérêt à exploiter ce potentiel et à permettre aux citoyens de régler leurs affaires avec elles par voie électronique. À cet égard, les communes peuvent développer leur propre offre de prestations en ligne en fonction de leurs priorités. Les infrastructures nationales et les modules de base, comme l'identité électronique, doivent toutefois être mis en place pour l'ensemble de la Suisse. C'est pourquoi la collaboration entre tous les niveaux de l'état est indispensable. La stratégie suisse de cyberadministration et son plan sont fondés sur un principe de subsidiarité de manière à ce que les services en ligne développés par les communes, les cantons et l'État puissent se compléter progressivement. »

Peter Bernasconi

«Aujourd'hui, la numérisation touche de nombreux domaines de notre quotidien. Les administrations suisses souhaitent offrir aux citoyens des prestations modernes. Pour ce faire, il ne suffit toutefois pas de mettre en ligne les services actuels. Les utilisateurs et les autorités ne pourront bénéficier d'un réel avantage que si les processus existants sont évalués dans une optique globale et réorganisés si nécessaire. A cet égard, les services administratifs ont tout intérêt à échanger leurs expériences. La cyberadministration suisse encourage cette collaboration dans le cadre de son plan stratégique et de différentes manifestations.»