Aller directement au contenu.

Faits et chiffres 2019

Les faits et chiffres illustrent le développement et l‘étendue de la cyberadministration en Suisse. Ils montrent comment la Confédération, les cantons et les communes progressent dans la mise en place de prestations administratives électroniques et comment celles-ci sont accueillies par les citoyens et les entreprises.

Stratégie suisse de cyberadministration bien établie dans les cantons

En Suisse, 25 cantons disposent d‘une stratégie de cyberadministration; un seul n‘en a pas encore. La stratégie suisse de cyberadministration jouit d‘un large soutien au niveau cantonal. En effet, 22 cantons se sont fortement ou totalement inspirés de la stratégie nationale pour élaborer la leur.

Source : étude nationale sur la cyberadministration 2019

Population suisse amatrice de démarches administratives en ligne

Pour interagir avec les autorités, les citoyens suisses optent le plus souvent pour la voie électronique. Cependant, sur les 36 % des personnes interrogées qui font ce choix, seuls 25 % achèvent la démarche par ce même canal; le reste la finalise généralement en personne ou par lettre. Ces chiffres indiquent qu‘un grand nombre des prestations proposées en ligne ne sont pas encore entièrement disponibles électroniquement.

Source : étude E-Government-Monitor 2018

Services en ligne : les essayer, c'est les adopter

Une grande majorité de la population suisse est satisfaite de l'offre de services de cyberadministratio proposés par les autorités. Souvent, il suffit d'une utilisation des services en ligne de l'administration pour qu'un citoyen adopte le canal électronique. 

Source : étude E-Government-Monitor 2018

La notoriété des services en hausse de 25 %

Depuis 2014, les autorités suisses sont parvenues à réduire de manière signifi cative les obstacles qui
entravent l‘utilisation des services de cyberadministration. Toutefois, 45 % de la population interrogée déclare ne pas recourir (systématiquement) aux prestations de la cyberadministration, car elle ne les connaît pas.

Source : étude E-Government-Monitor 2018

Une participation aux votations plus importante grâce au vote électronique?

Le Conseil fédéral veut donner la priorité au numérique

Dans les bases de la stratégie suisse de cyberadministration 2020-2023, le Conseil fédéral a fi xé qu‘à l‘avenir les échanges avec les autorités devront en premier lieu s‘effectuer de manière électronique selon le principe «Priorité au numérique» (digital first). La population et les entreprises, de leur côté, veulent que l‘administration mise sur des prestations en ligne.

Source : étude nationale sur la cyberadministration 2019
Communiqué de presse du Conseil fédéral du 14.11.2018

Les entreprises économisent 47 millions de francs

L‘utilité du portail PME et d‘EasyGov.swiss pour les entreprises suisses s‘élève à quelque 47 millions de francs par an. Le guichet en ligne EasyGov est disponible depuis novembre 2017. À la fin de l‘année 2018, 21 prestations étaient proposées par les autorités et plus de 9000 utilisateurs étaient enregistrés sur le portail.

Source : Secrétariat d'État à l'économie (SECO)

Les services de cyberadministration inspirent confiance

Environ 66 % des citoyens ont confiance dans les services en ligne des autorités quant à la protection de la personnalité et des données. C‘est légèrement mieux que pour les services en ligne proposés par les entreprises, qui n‘obtiennent la confiance que de 63 % de la population.

Source : étude nationale sur la cyberadministration 2019

Les Suisses veulent utiliser de nouvelles technologies

Augmentation de la participation en ligne : les autorités suisses remontent au classement

Les autorités suisses offrent à la population de plus en plus de possibilités de participer à la vie commune et à l‘activité administrative par voie électronique. Dans le domaine de la participation citoyenne en ligne, la Suisse se hisse à la 41e place sur 193. Elle a ainsi gagné 31 places depuis 2016.

Source : enquête des Nations Unies sur l'administration en ligne 2018

Services de base : un grand retard à rattraper

En ce qui concerne le développement des services et des infrastructures de base, la Suisse accuse un retard notable par rapport à la moyenne européenne (CH 24 %; UE 56 %). Cela est dû à une offre de services de base lacunaire, par exemple concernant les services d‘identification électronique ou l‘utilisation commune de registres de données. 

Source : rapport comparatif de l'UE sur la cyberadministration 2018

La déclaration d‘impôt électronique arrive en tête des prestations de la cyberadministration

Tant la population (70 %) que les entreprises (46 %) préfèrent remplir leur déclaration d‘impôt par voie électronique.

Source : étude nationale sur la cyberadministration 2019